• Les 7 conditions d'une bonne santé mentale : suite

    Hello tout le monde! Hé oui, je suis de retour!

    Je vous avais promis la suite de l'article Les 7 conditions d'une bonne santé mentale. Le voici plus bas.

    Les 4 dernières conditions d'une bonne santé mentale sont les suivantes :

    4- Donner un peu de soi-même

    La personne qui a une maturité moindre demande : " En quoi celà me regarde-t-il? Qu'est-ce-que j'en retire?" Par contre, la personne mûre demande : " En quoi celà nous regarde-t-il? Comment pouvons-nous y contribuer? Que pouvons-nous donner?"

    Le monde est rempli de gens qui sont incapables de donner. Dans nos communautés, trop peu de gens soutiennent le bénévolat.

    Pour avoir une meilleurs santé, une stabilité émotive plus grande, l'individu devrait avoir un motif, une mission, un but qui soit constructif et le retient à la tâche.

     

    5- Avoir de la considération pour les autres

    Nous avons la preuve tout autour de nous de notre difficulté à nous entendre avec les autres. Entre toutes sortes de groupes : sociaux, raciaux, économiques, politiques, religieux, ce ne sont que querelles et discordes.

    Il est douteux que quelqu'un puisse vraiment s'entendre harmonieusement avec d'autres à moins qu'il veuille donner, qu'il soit suffisamment mûr pour donner.

    Un autre facteur est de savoir si quelqu'un est toujours loyal, non pas simplement envers ceux qui lui sont personnellement utiles ou lorsque c'est opportun, mais tout le temps. Si nous pouvons absolument compter sur les autres, c'est une aide et une stimulation mutuelles.

    Quelques traits de personnalité ont un impact sur notre capacité de communiquer avec les gens. La sincérité est peut-être ce qui est le plus important avec l'intégrité, l'honnêteté, l'équité, la confiance, la modestie, la capacité d'accepter la critique.

    Si nous pouvons apprendre à nous regarder nous-même objectivement, nous saurons comment nous améliorer.

     

    6- Réprimer son hostilité

    L'hostilité devrait être orientée vers des issues créatives et constructives. Ce sont encore nos émotions, nos impulsions destructives et agressives qui créent des problèmes.

    Parfois cette hostilité peut être en nous mêmes, causée par des sentiments d'infériorité ou de culpabilité déraisonnable. Nous exprimons tous de l'hostilité au sein du cercle de famille bien que parfois nous ne voyons pas que nous sommes nous-mêmes durs et sans égard.

    La haine et l'hostilité peuvent êtres maîtrisées et dirigées envers des issues constructives. Une personne mûre en trouve le moyen tant à la maison que dans la communauté en participant à des activités de travail et de loisirs.

     

    7- Apprendre à se soucier des autres

    Finalement le septième et le plus important critère est d'avoir la capacité d'aimer, de se soucier des autres.

    L'idéal, d'où peut naître le bonheur personnel, est que nous puissions tous prolonger et étendre notre souci des autres au-delà de la famille, à notre communauté, à notre province, à notre pays.

    Nous avons tous suffisamment de capacité d'aimer pour trouver de nouvelles solutions. L'amour est le seul facteur qui permet de neutraliser la haine.

    Source : Pamphlet de ACSM section Saguenay 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :