• Signes précurseurs de troubles émotionnels

    Le dépistage précoce de troubles émotionnels graves étant très important, je vous propose ici une liste de onze signes avant-coureurs.

     

    1- Repliement sur soi-même : Craindre l'échec avec, comme résultat, la recherche constante d'évasion :cinéma, télévision, excès d'alcool; le refus des responsabilités maritales, familiales ou professionnelles.

    2- Agressivité : Chercher la querelle, continuellement et sans raison valable.

    3- Égocentrisme : Être incapable de partager --son temps, son amitié, ses connaissances, ses biens; être égoïste, se placer au premier plan, imaginer que la terre tourne autour de soi.

    4- Méfiance exagérée : Croire que tout n'est que malhonnêteté, déceptions, obstacles et frustrations; n'avoir confiance en personne, entretenir envers tous des sentiments de suspicion.

    5- Insomnie : Être incapable de dormir, se sentir toujours fatigué et vivre au ralenti; avoir de la difficulté à se sortir du lit même après une bonne nuit de sommeil; refuser de se lever au risque de perdre son emploi et de négliger sa famille.

    6- Anxiété : S'inquiéter de tout et de façon excessive; craindre l'avenir; avoir peur de prendre des décisions, petites ou grandes.

    7- Rêvasserie : Perdre son temps à imaginer ce qui pourrait être pour oublier ce qui est; fermer la porte aux problèmes et vivre dans un autre monde.

    8- Hypocondrie : Se préoccuper outre mesure de malaises physiques mineurs; s'imaginer des maladies et se convaincre d'en souffrir.

    9- Piètre contrôle émotionnel : Réagir exagérément devant des choses de peu d'importance; faire des crises de colère démesurées.

    10- Humeur : S'adonner à de fréquentes sautes d'humeur; se sentir déprimé; avoir l'impression que rien n'en vaut la peine; penser au suicide.

    11- Sentiment d'impuissance et de dépendance : Laisser les décisions aux autres; les laisser agir pour vous et à votre place. Tout remettre au lendemain.

     

    Cependant, n'allez pas vous croire malade dès l'apparition d'un ou deux des signes énumérés plus haut. Il vous suffira sans doute de trouver une oreille sympathique --un médecin, un parent, un bon ami-- à qui vous confier pour vous sentir mieux. Pour des ennuis plus sérieux, communiquez avec votre médecin de famille qui vous dirigera vers un spécialiste s'il y a lieu. Et, si personne n'est disponible, n'hésitez pas à vous adresser au bureau local de l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM). On s'empressera de vous venir en aide.

    Tiré du pamphlet Symptômes, de l'ACSM.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :